ECS

Forum à l'attention des ECS1 pour des fiches, de l'entraide et plus encore!

    Le communisme de guerre

    Partagez

    Tomtom

    Messages: 5
    Date d'inscription: 28/09/2009

    Le communisme de guerre

    Message  Tomtom le Mar 1 Déc - 21:24

    Le communisme de guerre

    Intro : En 1914, lorsque la Russie entre en guerre contre les puissances centrales, elle paraît au sommet de sa puissance. En apparence seulement car elle n’est en fait pas du tout capable de résister au choc que constitue le premier conflit mondial. Tout au long de la guerre, la situation économique, politique et sociale du colosse aux pieds d’argile ne cesse de se dégrader. Au printemps 1917, tout s’effondre, c’est la première Révolution russe, une révolution bourgeoise et libérale. Mais les nouveaux dirigeants russes (Kerenski) ne parviennent pas à rétablir la situation, Aussi en octobre 1917 éclate la Révolution bolchévik. Pourtant avec du recul on peut légitimement se demander pourquoi une telle révolution éclate en Russie alors que ce pays est largement constitué de paysans et non d’ouvriers constituant la base du prolétariat révolutionnaire selon l’idéologie marxiste. En arrivant au pouvoir Lénine se retrouve dans une situation inconfortable. Il doit faire face à de nombreuses menaces visant la Russie et est dès le départ très isolé.
    Pb : Le communisme de guerre a t’il été dicté à Lénine par la situation dramatique dans laquelle se trouvait la Russie Bolchevik en 1918 ou était-il dès le départ issu d’une volonté de construire une société communiste, avant gout de la dictature Stalinienne ?

    I : les conditions d’apparitions du communisme de guerre
    Le 3 mars 1918 est signée à Brest-Litovsk le traité du même nom qui assure la paix entre la Russie bolchévik et les puissances centrales. Elle y perd 800 000 km2, ainsi qu’une grande partie de ses ressources minières et agricole, mais dans l’esprit de Lénine la révolution mondiale est en marche et les traités signés se retrouveront rapidement caducs. De plus la situation économique et sociale, au sortir de la première guerre, est désastreuse ; La production industrielle ne représente que 15% en 1918 que celle de 1913. Immédiatement les bolchéviks doivent faire face aux contre-révolutionnaires, ancien partisan du tsar. Mais aussi aux libéraux issu de la première révolution russe et aux Menchéviks l’autre courant communiste qui divergent sur la manière avec laquelle il faut conduire la révolution (Menchévik=minoritaire et Bolchévik=majoritaire en référence aux votes dans les soviets qui ont eu lieu en octobre 1917, à l’issue desquels les Bolchéviks ont entamé la révolution.)
    Mais à partir de la fin de l’année 1919, la situation empire puisque les Blancs et les Menchéviks reçoivent l’aide directe des anciens alliés de la Russie tsariste. La France envoie des troupes se battre en Crimée et soutien l’offensive polonaise en Russie. Les Japonais attaquent en Sibérie et les Anglais des troupes vers Mourmansk. A partir de ce moment la Russie bolchévik est attaquée de toute par les forces antirévolutionnaires. Cette situation restera gravée tout au long du siècle dans la mémoire collective du peuple russe et de ses dirigeants en alimentant un profond sentiment de paranoïa, une constante impression d’être la cible de menace. D’où cette volonté permanante de se protéger, appelé communément obsidiannisme ou syndrome de la forteresse. De plus La Russie bolchévik doit faire face à des révoltes paysannes de plus en plus nombreuses.
    II : En quoi consiste le communisme de guerre ?
    Pour sauver la révolution, Lénine et ses collaborateurs établissent un pouvoir dictatorial. Ils confisquent le pouvoir aux soviets et concentre le pouvoir dans des institutions contrôlées par le parti, le Vesenkha qui s’occupe, par exemple, du ravitaillement de l’armée d’abord puis des villes. Ce pouvoir central s’exerce verticalement et tente d’imposer des décisions par la force. Lénine s’est inspiré de la politique de La Terreur et du comité de salut public qui avaient sauvé la révolution française, en 1793. On réquisitionne la production agricole manu-militari. L’Etat décide la nationalisation de toutes les entreprises de plus de 5 employés. On tente de collectiviser les terres qu’on a confisquées aux anciens nobles et de mettre au pas les paysans en général. La propriété privée est abolie, le but avoué étant de d’abolir le marché. En fait ces prérogatives répondent à deux nécessités pour le régime de Lénine. Elles permettent d’accroître le champ d’actions de L’Etat et de lui donné les moyens nécessaires à la continuation de la guerre et il pose simultanément les bases de communisme (la question que l’on se pose c’est s’il faut croire en la bonne foi de Lénine quand il affirme qu’il n’était pas partisan de décisions aussi brutale, mais parce que les circonstances l’y avaient obligé. Ce qui répondrait à la problématique, si on avait la réponse. En effet Lénine ne cessera de se justifier. A-t’il agis en tant qu’idéologue ou en tant que dictateur pragmatique). L’Etat créé une police politique la Tcheka. (Le régime adopte en cela un caractère totalitaire, ce qui soulève une nouvelle fois la question de la bonne foi de Lénine quand il affirmait qu’il n’avait pas créé ses institutions par gaieté de cœur) Trotski organise l’armée rouge et en prend le commandement. Au plus fort de la guerre elle comptera près de 3 millions de soldats.
    On laisse s’effondrer la valeur du rouble. On assiste donc à une véritable démonétarisation de l’économie avec la création des bons du travail qui servent à rémunérer les et font office de ticket de rationnement. En 1923 le budget de L’Etat n’est pas compté en valeur monétaire mais en nature.
    III : Le Bilan du communisme de guerre
    Progressivement Trotski rétablit la situation. L’armée rouge met à profit sa situation centrale pour vaincre ses ennemis divisés qui ne parviennent pas à coordonner de manière efficace leur effort de guerre. La victoire militaire est acquise dès le début de l’année 1922 et la Russie bolchévik recouvre désormais les frontières de l’ancien Empire russe. Cependant le communisme de guerre, s’il est objectivement parvenu à sauver la Révolution, est un échec en ce qui concerne l’application de ses volets économiques. L’Etat en 1921 ne parvient qu’à contrôler que 40% des biens produits en Russie. Marché noir. Le reste étant écoulé par le biais du p En Mais les révoltes paysannes se font plus intenses. En effet les réquisitions des produits agricoles et la maigreur des récoltes ont engendré de gigantesques famines tuant plus de 7 millions de russes. L’approvisionnement en ville ayant été difficile la population des grandes villes tels que Petrograd a beaucoup diminué (de 1 850 000 à 750 000 de 1913 à 1921. La main d’œuvre industriel aussi (de 3 millions en 1913 à 1,2 millions en 1920. Le pays est exsangue. Devant cette situation les marins de Kronstadt se révoltent. Bien que leur soulèvement ait été brisé dans le sang, Lénine qui les considérait comme l’avant garde de la Révolution décide de changer sa politique. C’est pour lui le signal qu’il est allé trop loin, du coup il fait marche arrière.

    Cl : En 1921 la situation extérieure s’est améliorée, la Russie bolchévik est aussi parvenue à écarter le péril intérieur. Mais la situation économique et sociale est désastreuse. Lénine choqué par la révolte des marins de Cronstadt décide d’infléchir sa politique. C’est le début de la NEP

      La date/heure actuelle est Sam 20 Déc - 10:37